Acte II, Scène 2 

Doumé prédicateur contre l’apostasie

(Doumé prend la parole devant l’assemblée des Corses restée sur le rivage, dont plusieurs membres ont été séduit par la doctrine de Smuel. Doumé s’en veut d’avoir offert l’hospitalité à un semeur de zizanie, il monte sur un amoncellement rocheux, il étend les deux bras). 

Frères écoutez, peuples prêtez l’oreille ! L’heure est grave. Cette religion nouvelle que nous adoptâmes devait être le point nodal de rencontre du fanatisme et du dogmatisme, entre leur sémitisme d’une part et nos religions eurasiatiques échelonnées d’est en ouest du bouddhisme au celtisme d’autre part…  Rencontre dont le lieu, Rome, à l’intersection du vertical et de l’horizontal, formait le centre d’une croix. Mais la partie sémitique se fait plus prégnante, nous poussant à la guerre toujours plus loin contre le vieil homme païen, jamais contre le vieil homme sémitique. Elle ne se manifeste à nous plus que par questions intrusives d’examen de conscience et de “pensée contre soi” exaltée par un ennemi qui aiguiserait les lanières du fouet dont nous nous flagellons. L’église agit en Europe trop souvent comme un oursin dont les piquants seraient tournés vers l’intérieur : dure aux fidèles et douce aux infidèles, alors qu’elle devait agir à l’inverse. Ainsi elle devient un sémitisme de plus, s’ajoutant à celui de ses propres persécuteurs. 

(des membres de l’assemblée s’en vont, haussant les épaules, fronçant les sourcils, gestes d’indifférences). 

Nous, nous avons tout quitté pour rencontrer un Dieu de pays inconnu et de temps lointain, d’une autre langue et d’autres mœurs, que nous ont présenté d’antiques démarcheurs crus sur parole. Les mécanismes secrets qu’ont distillé en nous l’ambiguïté de catégories comme le péché et le jugement nous ont bardés de scrupules incapacitants. Notre religion, pour nous garder vierge de toute faute nous persuade de les avoir toutes commises, d’où la culpabilité indue de l’innocent. Leur religion leur fait commettre toutes les fautes mais les persuade d’en être vierge, d’où leur innocence indue de coupable. (nouveaux départs)Vous le savez, l’ignorance de nos propres textes sacrés est la lacune propice où s’engouffrent les ennemis de l’Eglise, de l’Occident, des Blancs, termes synonymes dans le système de valeurs de nos oppresseurs, pour vous accuser avec vos propres fondamentaux, tout comme vous êtes physiquement envahis par des migrants payés par vos propres impôts, car une faiblesse dialectique préfigure toujours une défaite physique. Ils exploitent notre penchant compassionnel! Si le monde se remplit d’idées chrétiennes devenues folles comme le dit Chesterton c’est que sa part fanatique, hors-sol, sémitique détruit sa part grecque, humaine, éprouvée. L’équilibre est rompu, Judas pèse pour faire chavirer toute la barque de Pierre. Rétablissons l’équilibre en écopant 7 sceaux. 

(des membres de l’assemblée s’en vont, haussant les épaules, fronçant les sourcils, gestes d’indifférences, il reste environ 70 personnes).

Premier sceau ! (inscription en arrière plan : Le Deutéronome 28:15-45) : explique point par point ce qui arrivera au peuple de Dieu s’il renie sa loi, condensée pour nous autres aux 2 principes énoncés par NSJC (inscription en arrière plan : LA VERITE DANS LA CHARITE). Tout est là, prédit, vérifié chaque jour en Corse et dans tout l’Occident depuis 100 ans. 

(des membres de l’assemblée s’en vont, haussant les épaules, fronçant les sourcils, gestes d’indifférences, il reste environ 60 personnes). 

Deuxième sceau ! (inscription en arrière plan : La parabole de la joue droite et de la joue gauche) : être frappé sur la joue droite, côté de la rectitude, de la bonté, de l’innocence autorise le chrétien à présenter alors la joue gauche c’est à dire la ruse, la défense, la riposte. NSJC est assis à la droite du Père, les psaumes désignent le messie par “ta droite” sont claires à ce sujet. Nous devons être à la fois colombe et serpent. Nous devons désirer la victoire, non le martyr. Si nous sommes le reflet de Dieu et son peuple aimé, alors toute personne qui nous persécute s’en prend à Dieu lui-même. Proposition dialectique donc réversible : il faut au contraire suivre NSJC et l’imiter dans son martyr etc, erreur amplement répétée partout depuis des décennies d’où nos souffrances… Nous rejetons le dolorisme, “L’imitation” et le baratin des congrégations loyolistes. En arrière plan une longue banderole de drap blanc se déploie, peinte de lettres grossières : “CAR IL FAUT DES MASOS POUR QUE PROSPÈRENT LES SADOS”

(des membres de l’assemblée s’en vont, haussant les épaules, fronçant les sourcils, gestes d’indifférences, il reste environ 50 personnes). 


Troisième sceau ! (inscription en arrière plan : La parabole du bon samaritain) : révèle comment l’étranger peut devenir le prochain du chrétien. Pour s’élever à la dignité de prochain, l’étranger squattant chez nous lorsqu’il nous voit souffrant doit tout quitter pour nous soigner et restaurer notre dignité. Alors s’il fait cela et seulement à cette condition, il prouve sa valeur de chrétien synthétique et doit être accepté dans notre communauté, aussi longtemps qu’il subvient lui-même à ses besoins par la création d’entreprises, non par l’occupation d’un poste salarié. On est bien loin de l’accueil de cocufié que l’on nous ordonne de fournir à des envahisseurs criminels sortis du néolithique par nos soins, et qui rendent le mal pour le bien.  

(des membres de l’assemblée s’en vont, haussant les épaules, fronçant les sourcils, gestes d’indifférences, il reste environ 40 personnes). 

Quatrième sceau ! (inscription en arrière plan : La dialectique du bon grain et de l’ivraie) : l’ivraie ayant repéré la joie du bon grain à pousser là où Dieu l’a planté, se précipite, se multiplie, se nourrit des nutriments dont il prive d’autant le bon grain qui bientôt meurt asphyxié, ne laissant sur place que l’ivraie. Prenez au sérieux ces mots : “les échanges, l’enrichissement, s’enrichir de la culture française”… une culture s’enrichit sur l’autre oui, en l’appauvrissant d’autant qu’elle s’en enrichit. Le métissage c’est le mauvais tissage d’un fil de laine avec un fil de lin. Vous connaissez la parabole de l’ivraie et ne la comprenez pas. Et moi je vous dis que l’ivraie c’est l’immigré qui vient par millions, semé de nuit par les fils du diable jaloux des fils de Dieu, immigré transplanté sur nos terres pour voler notre bien, convoiter nos sœurs et tuer nos prochains. 

(des membres de l’assemblée s’en vont, haussant les épaules, fronçant les sourcils, gestes d’indifférences, il reste environ 30 personnes). 

Cinquième sceau ! (inscription en arrière plan : L’immaculé) : la blancheur immaculée, la conception immaculée, le cœur immaculé… La blancheur sans tâche, le linge blanc reçu au baptême, la transfiguration… (Doumé voit en esprit le cataclysme à venir. A l’arrière-plan défilent des images rétro-projetées de Johannesburg et de Beyrouth, natalité, métissage, assassinats, squat, génocide, se succèdent en fondu-enchaîné, on discerne nettement le meurtre de Jean-Claude Irvoas devant sa fille par Benoît Kusonika et ses complices). L’immaculée incarnée sur Terre c’est la race blanche. La race blanche livrée à la souillure par ses femmes prostituées au monde majoritairement brunâtre, d’où sortent des métis agressifs et haineux, rejetons maculés qui excitent à souiller toujours plus en amont la source vive. Il n’y a pas sur terre plus blanc que les Blancs. Si eux tombent, plus jamais la lumière! Identité du sel de la terre et du caucasoïde.Laissez moi transposer Bernanos qui nous enseigne que “ c’est la fièvre de la jeunesse qui maintient le reste du monde à la température normale. Quand la jeunesse se refroidit, le reste du monde claque des dents ” ; eh bien c’est la santé blanche qui maintient civilisé le reste du monde! Quand la santé blanche s’amoindrit, le reste du monde sombre dans la préhistoire! Regardez comme les Blancs sont de moins en moins blancs… Et l’extinction le mois dernier du dernier rhinocéros blanc, le Ceratotherium simum cottoni sous des siècles de braconnage africain… Signe des temps. Comprenez-vous? Les Blancs sont la nature glorieuse crée à l’image de Dieu qui se glorifie dans leurs couleurs aussi rares que salissantes, les plus vulnérables au moindre péché brunâtre. Le diable est excité par la pureté à la fois insulte à sa bassesse et objet de son désir souilleur. Le cambrioleur sadique se mouche dans les rideaux de soie. Le saut analogique matérialiste valide cette analyse théologico-raciale : il est prouvé que ces masses migratoires présentent dans leur sang d’immenses taux de consanguinité, marque de leur péché transmis sur les générations, tare dont les Blancs sont dépourvus, et qui explique qu’ils se jettent sur l’Europe comme des globules atrophiés assoiffés de sang frais, de teint clair et de fruit du travail d’autrui.
Délire ? Les vraies raisons du cataclysme actuel, du génocide des Blancs, et de l’effondrement global tiennent en effet du délire hors de toute raison.

(des membres de l’assemblée s’en vont, haussant les épaules, fronçant les sourcils, gestes d’indifférences, il reste environ 20 personnes). 

Sixième sceau ! (inscription en arrière plan : le syndrome du GHB).Le GHB est la drogue des hippies post-chrétiens. Le GHB plonge l’usager dans un tel état de tranquillité et de vulnérabilité qu’il requiert, pour la sécurité de l’usager, que tous les autres individus présents dans la pièce aient aussi consommé la même substance. Un seul “petit malin” et c’est le racket, le viol faciles! Toutes ces belles valeurs herbivores de notre bergerie, messieurs, sont à usage interne! Comprenez-vous? Si un seul loup entre, tout est perdu. Il nous faut un système de défense contre les intrus dont un seul suffit à perdre mille des nôtres. Un riche ne se sait pas riche (exception : le riche-voyageur, mais il se transforme en traître, non en apologiste) . Seul le non-riche se sait pauvre . Idem les gènes de santé : la beauté physique. Exemple type des yeux clairs… L’aryen ne se voit pas aryen sur sa terre mais citoyen du monde sur la terre, seul son voisin jaloux le voit aryen. Transposons la “terre” en “femme”, l’un étant souvent métaphore de l’autre dans Bible, et tout s’éclaire… Qu’un empire chrétien de 100 millions de fidèles paisibles développe malgré lui le syndrome du GHB et c’est la catastrophe actuelle… 

(des membres de l’assemblée s’en vont, haussant les épaules, fronçant les sourcils, gestes d’indifférences, il reste environ 10 personnes). 


Septième sceau ! (inscription en arrière plan : la pudeur).
Les fruits de la piété nous dit le catéchisme, sont l’abondance et la paix. Que les femmes aillent et viennent en châle, prudentes et modestes, mais libres. Si elles refusent, ou plus exactement si elles avalent le souffle putride des Pazuzus du monde qui les pressent de rendre insupportable la vie à l’homme et impossible la saine perpétuation des générations, alors les religions sémitiques reviendront par réaction dialectique. Elles ont intérêt, elles et tous les Pazuzus qui les servent, à notre laisser-aller pour dès lors se présenter en hautes réformatrices. (Doumé conclue par prière en levant les bras au ciel)Seigneur donnez nous des chrétiennes! Donnez nous de saintes épouses chrétiennes! Donnez nous beaucoup de saintes épouses chrétiennes!

(Doumé resté seul sur scène, sort. Entre Smuel avec un scribe)

 

 

Extrait de Smuel en Corse ou Génie du sémitisme ou Les deux érudits, de Lounès DARBOIS (2018)